ClassementsDecouvertePoltique

10 Pays Africains qui fabriquent leurs propres armes

560views

Selon la Stockholm International Peace Research Institute, depuis la fin de la guerre froide en 1991, le commerce mondial de systèmes d’armes lourdes a atteint son niveau le plus élevé.

Son rapport de 2018 indique que les dix plus grands pays exportateurs d’armes au monde, dont les États-Unis, la France et la Russie, ont effectué des transferts d’armements d’une valeur supérieure à 25 milliards de dollars . 

Les ventes d’armes en Afrique ont cependant diminué.

Selon le rapport de Stockholm, les pays africains ont importé moins d’armes au cours de la dernière décennie, leurs importations ayant diminué de 6,5% . Il a indiqué que, même si de nombreux États d’Afrique subsaharienne sont touchés par un conflit armé et que certains reçoivent une aide militaire étrangère, le volume des principales armes importées par ces États est relativement faible.

Au fil des ans, les pays africains qui fabriquaient leurs propres armes depuis des temps immémoriaux ont cherché des moyens de renforcer leur capacité de fabrication d’armes afin de produire des armes et des équipements militaires plus puissants.

Dans la plupart des pays où il y avait eu des conflits et de la désobéissance civile, des fabricants locaux ou des forgerons ont tiré profit de l’industrie lucrative en fabriquant divers types d’armes qui tendent à être une source d’inquiétude pour les autorités, car les armes à feu font désormais partie intégrante de l’industrie. Culture.

Les pays africains suivants ont fabriqué d’impressionnantes armes pour leur armée et leur police, et même pour l’exportation:

Afrique du Sud

Sortis du régime cruel de l’apartheid, les armes fabriquées localement en Afrique du Sud étaient à l’époque décrites comme des équipements de contrôle des foules consistant en hélicoptères d’attaque, camions militaires, véhicules de sécurité, fusils d’assaut, armes de poing et véhicules blindés. Considéré comme un pays doté de l’un des armements les plus perfectionnés au monde, l’Afrique du Sud a récemment fabriqué des véhicules blindés légers et des missiles antichars. Son armement est demandé dans plusieurs pays du monde. En 2016 et 2017, l’Afrique du Sud a fourni des armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, notamment des fusils d’artillerie lourde et des fusils d’assaut, des munitions, des véhicules blindés, des systèmes de surveillance et des technologies militaires, selon le Comité national de contrôle des armes classiques (NCACC).

Soudan

Avec ses mortiers fabriqués localement, ses lance-roquettes et les munitions associées qui continuent d’apparaître dans les zones de conflit au Soudan et au-delà, le pays se vante d’être l’un des plus importants fabricants d’armes du continent africain. En 1959, l’usine de munitions d’El Shajara a été créée pour produire des munitions pour armes de petit calibre. En 1993, la production a été accrue lorsque le président de l’époque, Omar Al Bashir, a ouvert la Military Industry Corporation (MIC). Le MIC regroupe huit catégories principales: les munitions, les armes classiques, les véhicules blindés et les principaux chars de combat, les équipements, les équipements et l’équipement, l’électronique, l’aviation, la marine et les véhicules, rapporte Dabanga.

La production de produits militaires dans au moins sept usines de fabrication, notamment le complexe industriel de Yarmouk, l’usine de munitions El Shajara et le complexe El Shahid Ibrahim Shamseldin du MIC, a participé en 2013 à la convention sur les armes IDEX, tenue deux fois par an à Abou Dhabi.

«C’était la première fois que le Soudan exposait publiquement ses armes et présentait une grande variété d’armes destinées à l’infanterie et à l’équipage, notamment des mitrailleuses polyvalentes et lourdes, des RPG, une copie du fusil d’assaut de la CQ, des lance-roquettes et des munitions, mortiers et un véhicule 4 × 4. Elle proposait également des appareils de communication militaires, des équipements optiques et des appareils laser », rapporte Dabanga .

Ethiopie

Reconnue comme l’un des principaux fabricants d’armes de l’Union africaine, l’Éthiopie possède une industrie en plein essor. La capitale, Addis-Abeba, fabrique sa propre version du fusil AK-47 et de la mitrailleuse PKM. Il assemble ses propres lance-grenades et munitions. L’industrie de l’armement du pays peut également fabriquer et remettre à neuf des chars et des véhicules blindés, rapporte War Is Boring .

Ouganda

Ce pays d’Afrique orientale possède ce que gunpolicy.org décrit comme des usines de munitions pour armes légères. Il existe environ trois fabricants d’armes en Ouganda, le plus important, Nakasongola Arms Factory, appartenant à des intérêts chinois (gouvernement et secteur privé). Depuis des temps immémoriaux, l’Ouganda avait fabriqué une partie de ses armes, en particulier à la fin du XIXe siècle, lorsque le roi de Bunyoro, Kabarega, avait construit une puissante armée grâce à l’ utilisation d’armes modernes, telles que mousquetons à percussion, fusils Remington, et chargeurs de culotte et de muselière

Nigeria

Le Nigéria a la capacité nationale de fabriquer des armes légères similaires à l’AK-47 et aux munitions nécessaires, rapporte gunpolicy.org.La division nigériane des industries de la défense du Nigeria (DICON), une division militaire chargée de la production d’armes, créée en 1964, a connu un déclin en 2015, contraignant le gouvernement à demander une refonte totale. Al-Jazeera a annoncé en 2015 que l’usine de la division située dans la ville de Kaduna, dans le nord du pays, fabrique des fusils et des outils civils. Le gouvernement a ensuite indiqué que le pays augmenterait la production nationale d’armes pour ses forces armées afin de lui permettre de lutter contre les groupes terroristes, notamment Boko Haram. L’armée nigériane a récemment dévoilé un large éventail d’armes et d’équipements fabriqués localement, notamment un véhicule de patrouille d’infanterie (VPI), une motocyclette de combat (CFM), des véhicules aériens sans pilote (UAV) et un fusil à lunette automatique (ASR). Les artisans locaux produisent aussi des armes à feu,un rapport de ISS aujourd’hui a déclaré.

Namibie

En mars de cette année, le gouvernement namibien a indiqué que le nombre d’armes à feu détenues légalement dans le pays avait considérablement augmenté, soit environ 210 000 armes à feu autorisées dans le pays. Depuis 1977, la Windhoeker MaschinenFabrik (WMF) du pays, sous l’égide de la Force de défense namibienne, fabrique des véhicules blindés légers à roues pour l’armée du pays et pour l’exportation. En 2014, la société a dévoilé un véhicule blindé relativement léger et polyvalent au salon Africa Aerospace and Defence (AAD).

Kenya

Avec l’aide de FN Herstal de Belgique (1996), le Kenya a la capacité nationale de produire des armes légères et des munitions, indique le rapport de globalpolicy.org , citant une usine de balles d’une capacité de 20 000 à 60 000 balles par jour alors que la consommation locale était réduite. environ deux millions de balles par an.

«L’usine produit trois types de balles, à savoir des munitions de 9 mm pour le pistolet Browning FN35 et des mitraillettes Sterling, Uzi ou H & K MP5 utilisées par les forces armées; 7,62×51 mm pour le FNFAL et le G3, principaux fusils utilisés par les forces armées; et des munitions de 5,56 mm, utilisées par la police kényane », indique le rapport, ajoutant que le Kenya avait ensuite refusé d’ouvrir ses usines aux fins de vérification indépendante de leurs installations malgré la ratification du Traité des Nations Unies sur le commerce des armes. L’usine de balles, quant à elle, a enregistré des pertes en 2013/2014 car elle s’est endettée. En 2016, il a été signalé que le Kenya avait le plus grand nombre d’armes à feu entre des mains civiles en Afrique orientale, en raison de la recrudescence des attaques à main armée.

Egypte

Reconnue comme l’un des principaux producteurs d’armes en Afrique, l’Égypte produit depuis les années 1820 ses propres armes, y compris des navires de guerre, de l’artillerie, des fusils, des bombes et des munitions, a déclaré Human Rights Watch . Le gouvernement a créé des entreprises de munitions et d’armes légères, ainsi que des usines de fabrication d’aéronefs. Selon un article de Jim Paul , l’Égypte avait produit pour 400 millions de dollars d’armes dans plus de 30 usines en 1981 . Au cours des années 1970 et 1980, l’Égypte a étendu et diversifié sa production d’armes afin de parvenir à une autosuffisance partielle et de développer un marché d’exportation au Moyen-Orient et en Afrique, rapporte Global Security. Les techniciens et scientifiques du pays fabriquaient alors plusieurs systèmes d’armes indigènes. En novembre dernier, le pays avait déclaré vouloir renforcer son statut de source d’exportation d’armes pour plusieurs pays africains.

Ghana

Le Ghana a une longue tradition dans la fabrication d’armes, les forgerons locaux fabriquant des armes fabriquées dans le pays, connues dans la région pour leur accessibilité, leur efficacité et leurs prix concurrentiels. Cela est devenu un problème pour les autorités qui craignent que ces armes ne soient utilisées par des groupes armés pour faire des ravages. Les principales armes fabriquées localement sont les pistolets, les fusils de chasse et les canons à un canon, selon une étude de 2010 . Chacune des 10 régions du Ghana abrite des ateliers de fabrication d’armes, y compris des villes comme Kpando et Ho dans la région de la Volta et Suame Magazine dans la région de Ashanti, a ajouté la recherche.

Tanzanie

Le pays possède des usines de munitions pour armes légères, a déclaré gunpolicy.org. La société du pays, Mzinga Corporation, qui est une petite organisation du secteur des fabricants de munitions pour armes légères, “aurait une capacité de production annuelle de 7 millions de cartouches”, selon le document politique du Stockholm International Peace Research Institute .

Leave a Response