mardi, mai 21, 2024
Poltique

RDC :  500 officiels et invités attendus au 1er forum sur l’énergie électrique à Matadi






Au moins 500 personnes, dont des officiels et invités vont prendre part dès ce mardi 20 août 2019,  au premier forum sur l’énergie électrique en République démocratique du Congo (RDC), selon le comité préparatoire fort de septante membres.

Au total,  26 intervenants dont le directeur de cabinet du chef de l’état, Vital Kamerhe,  Didier Tsasa et Ibrahima Konate de la banque Mondiale, Simon Tumawaku de la chambre des mines, Anthony Nkinzo et Evelyne Mbata de la société civile, Louis Leya de la Gecamines, sont également attendus à l’hôtel Ledya de Matadi pour des exposés et débats. L’artiste musicien Zaiko Langa Langa, des comédiens et autres ont aussi été conviés à cette rencontre organisée par la présidence de la République.

C’est sous le thème : « Comment transformer l’immense capacité hydroélectrique du pays en un moteur de développement socio-économique pour le peuple congolais d’abord, la sous-région et l’Afrique » que vont se tenir ces assises.

Les participants feront l’état des lieux, de la gestion et de l’impact  de l’énergie électrique sur l’industrie et le développement rural. L’essentiel de la production électrique en RDC est réalisée par les barrages Inga I (inauguré en 1971) et Inga II (inauguré en 1982). Les deux sont situées sur le fleuve Congo, en aval de la capitale Kinshasa. Plusieurs autres petites centrales sont disséminées à travers le pays, mais la RDC reste classée parmi les États africains disposant d’un faible taux de desserte en électricité. Il varie entre 10 et 15% des 80 millions d’habitants. 

Le pays regorge encore un important potentiel hydroélectrique non exploité. Censé renforcer Inga I et Inga II, un autre projet « Inga III » devrait générer 11 000 mégawatts et pourrait alimenter une bonne partie de l’Afrique. Le projet existe depuis près de 30 ans, mais sa concrétisation a piétiné à plusieurs reprises. 

Pour la première fois, un accord a été formalisé entre le gouvernement congolais et un groupement de sociétés chinoise et espagnole en 2018. Ces sociétés sont chargées de mobiliser les fonds nécessaires à la construction d’Inga III.

Le coût est estimé à 14 milliards de dollars. Le projet devrait générer 25 000 emplois dont 10 000 postes permanents, mais la date du début effectif des travaux n’a pas encore été annoncée.

Christine Tshibuyi, à Matadi






Source Actualte.cd

Leave a Response