jeudi, mai 30, 2024
DecouvertePoltiqueSocieté

Ituri : les milices armées rendre le retour des déplacés impossible (humanitaires)





Deux mois après que des centaines de milliers de personnes ont fui la violence en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), les humanitaires de l’ONU ont averti vendredi 16 août que les milices armées continuent de rendre leur retour impossible.

Lors d’une conférence de presse à Genève, le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Babar Baloch, a déclaré que le personnel de l’agence avait entendu de nombreux témoignages de personnes dont des membres de la famille avaient été tués dans la province de l’Ituri.

Le grave sous-financement de l’aide humanitaire et l’insécurité causée par les groupes Hema et Lendu ont rendu un nombre croissant de personnes vulnérables et incapables même de rentrer chez elles pour aller chercher les produits de première nécessité, a-t-il déclaré.

« Ces gens ne peuvent même pas revenir », a dit M. Baloch. « Beaucoup d’entre eux ont signalé que des personnes qui ont essayé – ou des membres de leur famille qui ont essayé – de retourner dans leurs villages et dans leurs maisons auraient été attaquées et tuées », a-t-il ajouté.

Des preuves de décapitations, plusieurs massacres

Les communautés Hema et Lendu ont un passé de violence extrême en Ituri. 

Fin juin, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a fait état d’attaques contre « plusieurs villages » dans les territoires de Djugu et Mahagi, où les enquêteurs ont trouvé des preuves de plusieurs massacres où certaines victimes avaient été décapitées.

Les informations recueillies par l’ONU « semblent indiquer que malgré le fait que les agresseurs appartiendraient à une communauté et les victimes à d’autres, il semble y avoir d’autres motifs politiques et économiques sous-jacents aux agressions », avait alors déclaré le HCDH dans une déclaration.

Avec ONU Info





Source Radio Okapi

Leave a Response