DecouverteEconomieEntrepreneuriat

LE CONGOLAIS LE PLUS RICHE DE TOUT LE TEMPS, AUGUSTIN DOKOLO

1.05Kviews

Né à Mbanza-Ngungu le 16 mars 1935, Augustin Dokolo Sanu était avant tout un self made man à l’énergie débordante, un passionné de l’Afrique et des arts et des cultures.

Avant l’indépendance, il possède déjà une compagnie de taxis et un Dancing réputé. Très attiré par le milieu artistique, il participe au film Les Aventuriers du Kasaï d’Yves Allégret avec Jean Lefebvre et Nicole Courcel qui est présenté au Festival de Cannes 1962.

Peu de temps après il développe une chaîne de magasin avec des ramifications à l’étranger. En 1967 il fait la rencontre de Hanne Dokolo qui deviendra sa femme. Elle travaille en tant que gérante du dispensaire de la pharmacie pour la Croix Rouge Danoise. De cette union naissent trois enfants : Manzanza, Sindika et Luzolo. 

En 1969, Augustin Dokolo entreprend ce qui restera sa réalisation la plus ambitieuse : la création de la Banque de Kinshasa (BK). C’est la première banque à capitaux nationaux en Afrique subsaharienne. Avec un capital initial de 300.000 Zaïres, l’équivalent de 600.000 dollars, qui a atteint 10.474.875 Zaïres en 1983. Pendant plus de seize années, cette entreprise a réussi à évoluer au gré des contraintes économiques de son temps.

En 1974, la Banque de Kinshasa est victime des mesures de radicalisation. Mais l’Etat congolais se ravise et restitue la Banque en 1976 en reconnaissant à M. Dokolo Sanu tous ses droits sur ladite banque. La BK emploie plus de 1.500 personnes dans le pays en 1984. Grâce à un réseau d’une vingtaine d’agences réparties à travers le pays, elle permet de favoriser le développement économique dans un contexte difficile. 

Banque de Kinshasa

Persuadé que les Congolais doivent prendre en main leur destin eux-même et parvenir à s’affranchir de l’aide occidental, il applique ses propres préceptes et crée des nombreuses sociétés dont :

COFIKI

La Compagnie Financière de Kinshasa était une société par actions à responsabilité limitée créée en 1971. Elle avait pour objet principal le financement de l’immobilier sur la base de ses fonds propres et des dépôts à terme de sa clientèle.Cette société sœur de la Banque de Kinshasa détenait plus d’un cinquième du capital de cette dernière.

FIGES

La Fiduciaire de Gestion, société privée à responsabilité limitée, était une société fiduciaire qui gérait des participations dans diverses entreprises.Très peu connue du public, la FIGES est cependant la propriétaire authentique et originale de l’immeuble DUNGU que le régime Mobutu a cédé, sans contrepartie et par simple lettre à l’Union des Travailleurs du Zaïre (UNTZa), fille mère du MPR.On sait que l’UNTZa l’a par la suite cédé au fils Mobutu qui en a fait son apport dans la Banque COBAC aujourd’hui en liquidation forcée. L’immeuble DUNGU fait partie de ceux dont la succession Dokolo réclame restitution en raison de nombreuses violations de la loi qui ont entouré sa cession. 

SOZADEX

SOZADEX

La Société Zaïroise d’Exportation est une société privée à responsabilité limitée qui  a été créée le 09 juillet 1976 à Kinshasa.  Exportatrice de denrées et plus particulièrement de café.Cette entreprise, qui a achetait du café dans toutes les provinces productrices possédait de vastes plantations dans la Province Orientale et dans le Nord Kivu. Elle faisait partie du peloton de tête des sociétés exportatrices de café au Zaïre. La Sozadex possédait des installations importantes de café dans le Nord Kivu et plus particulièrement à Beni. 

FERME DE LA LUKAYA

Constitué sous forme de Société privée à responsabilité limitée, la Ferme de la Lukaya s’est consacrée à l’élevage de porcs et de volailles, elle faisait partie des unités de production qui alimentaient le marché de Kinshasa en viande de porc et en œufs. Elle possédait aussi des usines de transformation de viande de porc en charcuterie et une chambre froide. C’était l’un des grands fournisseurs de denrées alimentaires de l’époque. 

OMNIZA

OMNIZA était une société privée à responsabilité limitée, qui exerçait dans le commerce général : vivres, vêtements, articles divers importés qu’elle se chargeait de vendre en gros et en détail. 

SOKIDET

La Société Kinoise d’Equipement Technique était une entreprise spécialisée dans le froid. Elle commercialisait  des équipements de climatisation industriel et installait des chambres froides.La Sokidet, était la deuxième du genre à Kinshasa après la société belge Chanimetal. Elle a installé la plupart des chambres froides de Kinshasa dans les années 1980.

LAGEDIM

Créée dans les années 1975, la Société LAGEDIM s’est spécialisée dans la distribution de vivres frais congelés (poulets, viande, poissons) ainsi que d’autres vivres sèches (riz, poisson salé, etc…).                                                        Elle a géré pour elle-même ou pour le compte de tiers plusieurs chambres froides dans la Ville de Kinshasa.La société LAGEDIM possédait aussi un petit port qu’elle gérait à Kinshasa, sur le fleuve Congo. 

DISTRICAR

DISTRICAR, société privée à responsabilité limitée, gérait la première concession de la firme japonaise Mazda en République Démocratique du Congo. Elle avait donc pour objet principal l’importation, la vente et le service après vente des voitures et bus de marque MAZDA. Les voitures MAZDA, modèles 323, 626 et 929 sont devenues populaires à Kinshasa grâce à cette société qui était le fournisseur de plusieurs autres concessionnaires à Kinshasa et à travers le pays. 

ELVE ZAIRE

Tout comme Districar, ELVE était le premier concessionnaire de la marque coréenne HYUNDAI dans le pays. En plus de l’importation, de la vente et du service après vente des voitures et bus de cette marque, ELVE ZAÏRE était aussi, une entreprise de construction. 

FITRACO

Constituée le 13 mai 1978, La Fishing Trading Company s’est spécialisée dans la pêche sur le Lac Tanganyika, à Kalemie, dans le Katanga. Grâce à un financement de la Société Financière de Développement (SOFIDE), et en partenariat avec des Coréens, cette société avait comme objectif de faire de la pêche semi industrielle et industrielle.Au moment de la spoliation de cette société par l’Etat, un test prometteur de conservation et de mise en boîte de ce poisson venait d’être réalisé au Maroc.

 Sous la gestion chaotique de l’UNTZa et avec les pillages de 1991 et de 1993 ainsi que celui consécutif à la guerre de 1996 et de 1998, les unités de pêche, les chambres froides et tout les équipements ont été vandalisés. 

CODEMINES

La Compagnie d’Exploitation de Mines s’appelait à l’origine TRIANGLE (constituée le 03/12/1982) et appartenait à une femme de nationalité américaine qui exploitait, dans le Kivu, de la cassitérite à l’état pur.En 1985, ayant acquis la majorité de parts dans TRIANGLE, M. Dokolo a fait changer sa dénomination et a diversifié le champ d’actions de la société.La CODEMINES a commencé à exploiter de l’or et du diamant.

Son champ de recherches s’est étendu dans le Kasaï et dans la Province Orientale.La découverte et le début d’exploitation d’un filon d’or dans la rivière Gangu (Province Orientale), en partenariat avec une compagnie sud africaine, serait à l’origine des mesures d’expropriation illégales prises par le régime Mobutu.Selon les prévisions, la production mensuelle devait avoisiner les 100 kg d’or dans un premier temps puis dépasser les 400 kg. Les installations comportaient une usine moderne de traitement du minerais acquise pour un million de dollars en Afrique du Sud ainsi que tout le matériel nécessaire à l’exploitation (tracteurs, véhicules et engins divers) qui avait été importé.

Les sbires de MOBUTU auraient convaincu ce dernier du danger que commençait à représenter M. Dokolo à cause de sa montée en puissance sur le plan financier et géostratégique dans toutes les provinces du pays.Depuis 1986, les installations construites, ont été vandalisées et rouillent sous les intempéries de la forêt équatoriale. 

T.M.B.

La société T.M.B (Transport des Marchandises et des Biens) a été créée le 12 avril 1984. Elle assurait le transport routier entre le port de Matadi et le centre de Kinshasa. La société TRANSMAC avait à l’époque une quasi exclusivité sur cette route. La mort programmée de l’ONATRA (Office National de Transport) qui assurait l’acheminement par rail des biens importés à partir des ports de Boma et Matadi, a permis à différentes sociétés de transporteurs routiers d’émerger.

La T.M.B. a voulu prendre position sur ce marché. La rentabilité de cette société étant facilitée par le fait que les sociétés du Groupe Dokolo effectuaient, elles-mêmes, beaucoup d’importations qui cheminaient obligatoirement par cette route. 

DOMAINE DE MBALI

Le Domaine de Mbali est né dans les années 1980. Il avait comme objectif l’élevage bovin sur le Plateau de Bateke ainsi que la culture du maïs, du soja, du piment et d’autres denrées.M. Dokolo a monté un véritable “ranch à l’américaine” sur le plateau de Bateke. Aidé par la mécanisation de l’agriculture, il a automatisé les processus de production jusqu’à la mise en sac automatique du maïs.Les actifs de cette société ont aussi été vandalisés sous la gestion de l’UNTZa et pendant les pillages de 1991 et 1993, ainsi que pendant les guerres de 1996 et de 1998. 

AGARAGAR,

Société par actions à responsabilité limitée constituée en 1982, fait partie des derniers nés du Groupe DOKOLO. Elle a fait du courtage dans le domaine des assurances, du dédouanement, de la gestion des valeurs immobilières.  

IMPRIMERIE MBANDU

Comme son nom l’indique, l’Imprimerie MBANDU s’est lancée sur le marché de l’imprimerie dont le marché était, en son temps, loin d’être satisfaisant. Elle a été créée le 15 février 1984 sous forme d’une société privée à responsabilité limitée.

M. Dokolo en réunion à la BK
M. Dokolo en réunion à la BK

Toute ces entreprises interviennent dans des domaines aussi variés que l’agriculture et l’élevage, la pêche, l’exportation de café, l’immobilier, la distribution de biens de consommation, le transport de marchandise, l’imprimerie, les assurances, les mines, la distribution de véhicules… Au total 17 sociétés.

Cet esprit d’entreprise lui permet de devenir le 2ème exportateur de café du pays. Il construit une ferme situé à 130 km de Kinshasa qui compte 50.000 têtes de bétail élevés en “free ranging”, et une autre avec 5.000 porcs et une charcuterie moderne. Ceci devient vite ce que l’on appelle “L’Empire Dokolo” qui emploie plus de 10.000 chefs de famille à travers le pays. 

Malgré de nombreuses sollicitations, il n’aura jamais accepté de poste gouvernemental, préférant se consacrer à ses activités de chef d’entreprise. En 1985, la banque doit faire face à un accroissement important de ses dettes vis à vis de la Banque Centrale. Ledit découvert est principalement constitué des intérêts débiteurs, des intérêts  sur intérêts ainsi que des pénalités faramineuses que la Banque Centrale perçoit chaque mois. M. Dokolo est donc contraint de céder de nombreux biens immobiliers afin de couvrir les dettes de ses sociétés envers la BK, puis d’apurer les dettes de la BK envers la Banque Centrale. 

A la surprise générale, la Banque de Kinshasa est placée sous gestion administrative le 17 février 1986. Les immeubles cédés en vue de la couverture des dettes sont extournés. La BK n’est pas restituée à ses actionnaires à la fin de la période légale de mise sous gestion administrative, elle est nationalisée et l’intégralité de son patrimoine est transféré à la Nouvelle Banque de Kinshasa.

Toutes les sociétés de M. Dokolo Sanu seront cédées à l’UNTZa, par simple lettre du Directeur de cabinet du Président Mobutu. M. Dokolo Sanu ne se sera jamais remis de cette spoliation organisée. Il tombe malade peu de temps après et décéde à Paris le 12 avril 2001. 

Monsieur Dokolo avec ses enfants Luzolo, Sindika et Mazanza
Monsieur Dokolo avec ses enfants Luzolo, Sindika et Mazanza

Leave a Response